DEFINITION DE L'OSTEOPATHIE

L’ostéopathie est une méthode de soins qui s’emploie à déterminer et à traiter les restrictions de mobilité qui peuvent affecter l’ensemble des structures composant le corps humain.

Toute perte de mobilité des articulations, des muscles, des ligaments ou des viscères peut provoquer un déséquilibre de l’état de santé.

Comme beaucoup de médecine douce, l'ostéopathie est une thérapie holistique : elle considère et traite l'individu dans sa globalité.

HISTOIRE DE L'OSTEOPATHIE

L’ostéopathie fut créée à la fin du XIXe siècle par le médecin Andrew Taylor Still (1828-1917). Né d’un père médecin et agriculteur, prêtre de l’église méthodiste, il acquit sa propre ferme et exerça la médecine tel que son père le faisait et lui avait enseigné.

Au cours de la Guerre de Sécession, il est marqué par son impuissance à soulager son semblable. À son retour, il découvre avec stupeur que dans les régions où les médecins sont moins nombreux, les enfants meurent moins. En 1865, Il perd trois de ses enfants de méningite. Dès lors, il est obsédé par l'idée de soigner plus efficacement et se plonge dans l'étude intensive du corps humain, n'hésitant pas à déterrer des corps des tumulus indiens pour en étudier l'anatomie. 

En 1874, il vit une expérience déterminante, parvenant à guérir un enfant atteint de dysenterie en n'utilisant que ses mains. Cette même année, il comprend tout à coup qu'il est sur le point d'élaborer une nouvelle approche médicale respectant les lois de la nature et de la vie et qui deviendra l'ostéopathie.

Jusque 1885, il exerce son art de manière itinérante et continue d'apprendre et d'engranger des expériences. Comme il parvient à guérir de nombreuses maladies, on le considère comme suppôt du diable. Il se forge malgré tout une renommée dépassant largement les frontières des états limitrophes et finit par être obnubilé par l'idée de transmettre son savoir.

En 1892, il fonde le premier collège d'ostéopathie à Kirksville dans le Missouri. Ses enfants et quelques proches sont ses premiers élèves. Entre 1892 et 1900, l'ostéopathie connaît un essor particulièrement impressionnant. À partir de 1898, Still, vieillissant, se retire peu à peu de l'enseignement et de la pratique ostéopathique pour écrire afin de transmettre son message philosophique ostéopathique. Il écrit successivement : Autobiographie (1897), Philosophie de l'ostéopathie (1898), Philosophie et principes mécaniquesde l'ostéopathie (1902), Ostéopathie, recherche et pratique (1910). Il meurt en 1917.

EVOLUTION DE L'OSTEOPATHIE APRES STILL

L'ostéopathie continue de se développer aux USA au point que dans le premier quart du XXème siècle, sa pratique est autorisée dans tous les Etats. Durant la seconde guerre mondiale, beaucoup de médecins américains sont appelés sous les drapeaux. Les ostéopathes n'ayant pas été autorisés à s'engager dans les forces armées de santé, ils restent au pays et pallient l'absence des médecins. La pénurie de ces derniers après la guerre et les bons états de service des ostéopathes incitent certains Etats à accorder aux ostéopathes l'équivalence du titre de médecin. A partir de 1973, tous les ostéopathes américains seront médecins. Ils auront des études et des prérogatives identiques. 

L'ostéopathie n'est pas restée localisée au continent nord américain. Par l'intermédiaire d'un des tous premiers élèves de Still, John-Martin Littlejohn, elle fait son apparition en Europe un peu avant la première guerre mondiale. Celui-ci crée la première école européenne à Londres en 1917: la British School of Osteopathy. Le Royaume-Uni légalise l'ostéopathie en 1990 comme profession de santé spécifique. L'ostéopathie essaimât à travers le monde, plus particulièrement dans les pays anglophones.

Elle est apparue en France dans les années 1960 grâce à des praticiens qui s'étaient formés au Royaume-Uni ou aux USA. Selon un schéma similaire, ces ostéopathes en formèrent d'autres puis ouvrirent des écoles. Les résultats thérapeutiques suivant, le phénomène s'amplifiât au point que les pouvoirs publics ne purent plus ignorer le phénomène de société. Après différents avatars allant de la création du monopole d'exercice pour les seuls médecins (1962) à un projet de loi tué dans l'œuf (1983), la France légalise l'exercice de l'ostéopathie le 4 mars 2002.

Les décret d'application relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie ont été publiés le 25 mars 2007.